Qui était Georges BAYARD ?

georges bayardGeorges Bayard était un écrivain français et auteur de romans pour la jeunesse

Georges Achille Émile vit le jour un 20 mars 1918 à Amiens au 78 rue Haute des Tanneurs et pour s’éteindre un 8 octobre 2004 dans la Drome à Montélimar.

Sa famille est profondément enracinée dans le Nord: les Bayard sont picards et wallons «depuis toujours», comme le disait lui-même l’auteur.

Il est issu d’une famille modeste, son père Achille BAYARD était mécanicien, il l’a même été à CORBIE, bien que ce dernier terminera sa vie en tant que contremaitre d’une usine de filature au bord du canal de la Somme à Corbie dans l’Usine de M. MASSE

Et, en hommage, Georges BAYARD écrivain campera de nombreux mécaniciens et garagistes dans ses ouvrages.

Sa Jeunesse et scolarité

Georges BAYARD, n’est pas natif de Corbie mais il passera son enfance et sa scolarité à Corbie.

Il aura une enfance heureuse et sportive, c’était un excellent basketteur et un nageur de haut niveau, il jouera au water-polo, il faisait également de l’athlétisme.

Ainsi il obtient à l’âge de treize ans – et il en était fier – le brevet de natation des 4 kilomètres en eau douce de la Fédération Nationale de Sauvetage. Il devient même maître-nageur dès l’âge de quinze ans, l’âge qu’il donnera à Michel dans ses romans!

Il se souviendra de ces loisirs en faisant de Martine Deville une championne régionale de natation et de Michel un très bon nageur et plongeur.
Il suit une scolarité brillante à l’école primaire et obtient son Certificat d’Études en étant classé premier du canton.
Ce résultat lui donne droit à une bourse pour poursuivre ses études au collège.

Il étudiera ensuite à l’École Normale d’Instituteurs d’Amiens dont il sortira diplômé en 1937, major de la promotion 1934-1937

Avant-Guerre

Il se maria le 16 avril 1938 avec Louise MARANDET, une artiste-peintre, qui enseignera également.

Ils auront un fils Jean Pierre en 1939 qui sera cardiologue et chef de clinique.

Il fut nommé comme instituteur à Loison-sous-Lens dans le Pas-de-Calais

La seconde guerre Mondiale

Puis la seconde guerre mondiale arriva, il fut mobilisé en tant qu’officier de réserve dès 1939.

Il sera blessé dans les combats et la débâcle de mai 1940.

Après l’armistice, il rejoignit la Résistance dans les réseaux de l’O.C.M. : “Organisation Civile et Militaire”, réseaux de Nord-Picardie) et réintègre l’armée régulière en 1944 avec le grade de capitaine.

Ses faits d’armes lui vaudront la Croix de guerre 1939-1945 et la Médaille de la Résistance. On trouve également sa trace dans les FFI : Forces Française de l’Intérieur

Ces périodes de la guerre et de la Résistance, traversées dans ses années d’homme jeune l’ont profondément marqué. Il fera de très nombreux rappels à ces circonstances et à cette tranche de l’Histoire de France dans ses ouvrages.

L’après-Guerre

Il quittera l’armée en 1952 pour exercer son métier d’enseignant avec un diplôme d’interprétariat anglais en poche.

Il fut d’abord nommé dans le Nord, puis à Antony dans les Hauts-de-Seine où il accomplira le reste de sa carrière.

Il enseigne le Français au cours élémentaire de Chevilly-Larue dans le Val de Marne en 1959-1960 puis devient professeurs d’histoire-géographie et de français au collège des Rabats à Antony

Il s’installera à Antony au 18 rue Jules PERIN.

La commune d’Antony que l’on retrouvera dans ces romans, notamment dans les Michel et dans Cécile

Un jour, grâce à son diplôme d’interprétariat anglais, on lui demanda de faire la traduction de 5 aventures de Simon Black, héros créé Yvan Southall.  Il découvre ainsi de l’intérieur la littérature jeunesse et les « séries ».

Il publiera ensuite de sa plume de nombreux récits et contes pour des périodiques pour enfants et adolescents tels que:

Benjamin, Le Journal de Tintin, Le Journal de Mickey, et bien d’autres

Dans ses livres, Georges Bayard partira toujours de faits réels et portera un soin intransigeant à sa documentation car « les jeunes n’aiment pas qu’on leur raconte des histoires totalement inventées, hors du réel. »

Ce qui n’empêchera pas son immense imagination à vagabonder librement, voire de flirter avec la science-fiction, d’où le surnom de « Jules Verne drômois » attribué par certains journalistes.

Après 2 premiers romans historiques : La Chanson du cabestan et Amérique an mille, il publiera en 1958 chez Hachette Michel mène l’enquête dont le lieu principal n’est autre que la commune de CORBIE puis Michel et la falaise mystérieuse. L’un et l’autre séduiront rapidement le public adolescent et ouvriront la voie à une longue série de succès.

L’intrigue de la série des Michel (39 numéros) se dérouleront en partie dans la ville Corbie.

On retrouvera Corbie à de nombreuses reprises dans la série, c’est là même qu’il fixera le lieu de domicile de Michel Thérais le personnage principal, de Daniel Derieux et d’Arthur Mitouret, ses héros les plus célèbres.
On retrouve également La Marguillerie, Fouilloy, le Jeu de Battoir, le collège, les étangs de la barette , le canal, le Café de la Marine et la vieille usine désaffectée.
Ces lieux sont très probablement liés à des souvenirs d’enfance de Georges Bayard.

Georges Bayard prendra sa retraite en 1988 et se retira à Soyans (Drôme) où il possède une résidence secondaire depuis 1959.

Durant sa carrière d’écrivain on le retrouve également sur des alias comme J.P. DELMAIN, Georges TRAVELIER (de Traveler : en anglais voyageur) et Jean-Pierre DECREST, (Jean-Pierre en référence à son fils et CREST en référence à cette ville proche de sa maison à SOYANS)

Ses dernières années

Il perd son fils en 1993

Et il deviendra à la fin de sa vie presque qu’aveugle à cause d’une dégénérescence maculaire qui l’empêcha d’écrire et même d’utiliser son ordinateur pour écrire.

Puis sa femme décédera, il partagera la fin de sa vie en compagnie Louisette Mûre Amalvy, poète et écrivain de Crest

Il décédera, le 8 octobre 2004, à l’hôpital de Montélimar et sera incinéré au crématorium de Valence

Bibliographie

Séries :

  • Michel − Hachette, Paris, coll. « Bibliothèque verte », 1958-1985, 39 volumes.
  • Cécile − Hachette, Paris, coll. « Bibliothèque verte », 1982-1987, 9 volumes.
  • César − Hachette, Paris, coll. « Bibliothèque rose », 1964-1980, 6 volumes.

Romans hors série

  • 1959 : L’École des détectives, Hachette, Paris, coll. « Bibliothèque verte ». On retrouve des collégiens dans une petite ville qui ressemble fort à Corbie
  • 1959 : Les 5000 francs d’Alain Cloche-Dur, Hachette, Paris, coll. « Bibliothèque rose », Paris.
  • 1960 : Les Fidji chantent à minuit, Delagrave, Paris.
  • 1962 : Les Pionniers du déluge, Delagrave, Paris.
  • 1966 : Le Mystère de l’Anita, Delagrave, Paris.
  • 1988 : Moi, Eric le Rouge : viking qui le premier vogua vers l’ouest à la recherche d’un nouveau monde, Casterman, coll. « Moi, mémoires », Paris

Sous le pseudonyme de Georges Travelier

  • 1957 : La Chanson du cabestan − Illustrations de Giannini ; éditions Fleurus, Paris, collection « Caravelles ».
  • 1959 : Amérique an mille − Illustrations de Jean Giraud et Guy Mouminoux, Fleurus/Gautier-Languereau, Paris, coll. « Jean-François ».
  • 1961 : Enquête à Hambourg − Illustrations de Noël Gloesner ; Fleurus, Paris.
  • 1961 : S.O.S. Pikkolo − Illustrations de Noël Gloesner ; Fleurus, Paris.
  • 1962 : L’Urganda, yacht fantôme − Illustrations de Noël Gloesner ; Fleurus, Paris, coll. « Monique ».

Sous le pseudonyme de Jean-Pierre Decrest

  • 1979 : À manipuler avec précaution − Illustré par Serge Ceccarelli ; Hachette, Paris, coll. « Bibliothèque verte Senior »
  • 1979 Le Réseau Pluton − Illustrations de Philippe Corré ; Hachette, Paris, coll. « Bibliothèque verte Senior »

Adaptation à la télévision

  • 1989 : Série télévisée par IMA Productions et TF1 : Les Compagnons de l’aventure : Michel (Michel connaît la musique, Michel et le trésor perdu, Michel et les deux larrons, Michel et la preuve par sept, Michel et les casseurs, Michel mène l’enquête).

Postérité :

Une exposition rétrospective a été organisée à Saoü dans la drome en 2005, grâce à Cécile BAYARD, sa petite fille et l’association “sans dessus de Saoü”

En 2012 la Ville de Corbie nomme une de ses rues : rue Georges BAYARD

En Mars Avril 2013 la ville de Corbie organisera une exposition sur lui et ses œuvres au centre accueil et à la médiathèque.

 

 

—————————————-

Retrouvez l’article sur la rue Georges BAYARD à CORBIE

Retrouvez l’article sur la série Michel de Georges BAYARD

—————————————-