Qui était Saint PRECORD ?

Précord naquit en écosse dans le Veme siècle.

Saint précord reims basilique saint remi

Il quitta son pays natal vers la fin du V éme ou début du VI éme siècle au temps du roi Clovis.

Précord vint se fixer à Vailly sur la rivière d’Aisne (Vailly sur Aisne 02370), commune située dans le Soissonnais et devint ermite.

Il s’installa sur une petite colline peu distante de Vailly près d’une source.

On ne sait d’ailleurs pas grand-chose de sa vie, si ce n’est qu’il vécut dans la pratique exacte des vertus et que sa vie lui attira l’estime et l’amitié de Saint Rémi, l’archevêque de Reims.

Il mourut chargé d’années et de mérites, à l’emplacement du hameau qui porte aujourd’hui son nom.

Après sa mort Vailly devient célèbre pour le nombre de miracles qui eurent lieu près de son tombeau.

Quel lien avec Corbie ?

Ce lieu ainsi que ses dépendances furent donnés par le roi Charles le chauve à l’abbaye de Corbie.

La communauté avait pour habitude d’y envoyer un prêtre séculier afin d’opérer les fonctions curiales et percevoir les aumônes que les nombreux fidèles apportés au tombeau de Saint Précord.

Ces fonctions furent données vers 940 à un prêtre cupide, nommé Thiard. Il était à la charge de la garde des reliques et des fonctions curiales, mais ce dernier laissa le soin du tombeau et de l’oratoire à un autre prêtre vraisemblablement écossais qui, pendant  la nuit venue en profita pour s’emparer de la châsse afin de l’emporter Angleterre.

Thiard, pour échapper au soupçon de complicité qui commençait à peser sur lui, se mit à la poursuite du prêtre voleur.

Étant parvenu à le rejoindre en pays Anglois, il entra à son service comme domestique, attendant l’occasion favorable pour se remettre en possession des reliques.

Il réussit à prendre l’empreinte de la clé qui fermait la chasse et après en avoir fait fabriquer une semblable, il en tira le corps du Saint et revint en France.

Mais voulant revenir à Vailly, Thiard se trompa de chemin et pris le chemin de Corbie

Arrivé dans un faubourg de Corbie, c’est à dire à Fouilloy, Thiard reconnu Fouilloy pour y être passé plusieurs fois et s’aperçut donc qu’il s’était trompé de route.

Il décida d’aller trouver un ami un certain Seran, habitant Fouilloy, afin de se reposer et remettre son départ au lendemain.

Il le pria de conserver pendant la nuit ce précieux dépôt sans lui dire ce qu’il contenait; mais en plein milieu de la nuit la caisse contenant la sainte relique se sépara par éclat, avec un grand bruit, et on aperçut une grande lueur qui scintillait, comme un éclair, et éclairait toute la maison.

Translation vers Corbie

Seran émerveillé et apeuré par ce prodige, courut en prévenir l’abbé de Corbie qui s’empressa d’arriver avec ses moines et des laïcs à Fouilloy.

Et, après avoir contemplé la lumière qui persistait toujours, l’abbé emporta ces reliques et les déposa dans l’église de Saint-Jean l’évangéliste. Cette translation eue lieu le 5 juin 940.

Pendant qu’on les portait en chantant des psaumes, une pluie torrentielle commença à tomber et mit fin à la grande sécheresse qui depuis trois mois désolait les terres de l’Amiènois.

Le prêtre Thiard informé de ce qui venait de se passer, accourut à Corbie pour réclamer les reliques de saint Prècord mais l’abbé Bérenger (26éme abbé comte de Corbie), pour mettre fin à ses prétentions, lui remit une forte somme d’argent.

Thiard se proposait bien de reprendre au monastère de Corbie les reliques, comme il l’avait fait en Angleterre, mais il mourut cette même année.

Son Culte

Les reliques furent enfermées par la suite dans une châsse ornée d’or et d’argent et transférées à  Saint Pierre de Corbie avec les reliques de Saint Gentien (voir l’histoire des reliques de Saint Gentien)

Saint Précord a été mis  au nombre des patrons tutélaires du pays.

On a longtemps invoqué, dans l’Amiénois, saint Prècord, pour

Les religieux l’exposeront la chasse à la prière du peuple pendant 9 jours.

Le culte du Saint devint si populaire qu’on donna le nom de saint Prècord à une fontaine fort renommée de Corbie pour ses vertus, et on entendait cet adage :

De l’eau de la Fontaine saint Prècord, pour la santé du corps.


 

Un enfant de Vailly, Don Jean Poncelet, bénédictin, obtint que Corbie rendit une partie de la relique aux habitants de Vailly. La paroisse reçut en triomphe ce précieux trésor,  les habitants de Vailly obtinrent d’abord une phalange des doigts et en 1643, un os des côtes. La relique de Saint Précord est toujours en l’église Notre Dame de Vailly sur Aisne. A noter l’église de Saint Précord fut détruite à la Révolution mais la source coule toujours.