Eugène BOULLET

De son nom complet Victor Joseph Eugène Anatole BOULLET.

Fils de Jean Baptiste BOULLET, clerc de notaire et de Flore Eugénie BOUCHEZ

Eugène BOULLET, n’était pas Corbéen de naissance. Il naquit à Acheux dans la Somme le 1 juillet 1847.

Il passa par l’École Centrale puis son consacra au domaine de la banque.

Son rapport avec Corbie ?

Il était un riche banquier à Corbie, dans la banque qui portait son nom : la banque Eugène BOULLET.

banque eugene boullet corbie

Mais il est surtout connu et reconnu comme un grand naturaliste français, entomologiste et collectionneur.

Ses passions

Ses occupations lui laissèrent le temps de s’occuper très activement de sa passion : la botanique et la zoologie.

Il fit de lointains voyages afin de rapporter des observations curieuses et de magnifiques photographies. Au fil du temps et avec un travail acharné il se constitua une merveilleuse collection de Lépidoptères (des Papillons)

En 1906 sa collection s’éleva à plus de 25 000 exemplaires, avec une valeur vénale inestimable dépassant les 100 000 Francs.

Cette collection, il la donna par la suite Musée national d’histoire naturelle de Paris. I.

Puis il classa les espèces, lui-même, de la collection que le musée possédée.

Avec Jules Paul MABILLE, il décrit de nombreuses nouvelles espèces de Neotropical Hesperiidae. Il a également écrit au catalogue de la collection de lépidoptères du Musée national d’histoire naturelle de Paris , Famille Papilionidae (1921) en collaboration avec Ferdinand LE CERF.

La collaboration avec ce Monsieur Le Cerf un entomologiste au Muséum national naturelle d’histoire a commencé en 1905

M. Boullet payait un technicien, chargée exclusivement de la préparation des papillons; chaque mois, était envoyé à Corbie un stock de spécimens de la famille en cours de classement par le Muséum. Ceux-ci  étaient retournés au cours des deux ou trois jours suivant classés

Il fit également une forte donation au musée afin de subvenir à l’entretient de la collection.

Il était également amateur d’animaux et de végétaux. Son jardin à Corbie était décrit comme :

  • rempli d’arbres et de plantes rares
  • on y admirait de vastes serres chaudes où les orchidées et les plantes les plus délicates entouraient les bassins chauffés des Lotus et des Victoria regia, culture unique en France. Ces bassins, d’ailleurs, fourmillaient de Poissons exotiques qui s’y reproduisaient par milliers.
  • les eaux du jardin était peuplées de Poissons d’ornement et des flamants s’y ébattaient parmi les Nymphéas;
  • un étang était réservé à une collection de Cygnes, de Canards et d’échassiers, et se continuait dans une vaste volière pleine d’Oiseaux exotiques.

Malheureusement sa maison fut détruite en 1918 pendant la guerre.

Mais surmontant son chagrin, à la fin de la guerre, Eugène Boullet rétablit ses collections horticoles, ses aquarium, ses bassins, etc dans le petit château de Canteleu-lez-Rouen, mis à sa disposition par des amis dévoués.

Il continua à développer et augmenter ses collections jusqu’à la fin de sa vie.

Ses distinctions

Il reçut les titres de :

  • de membre associé au Muséum
  • de Chevalier de la légion d’honneur   7/02/1906 voir le dossier ici
  • d’officier du mérite agricole
  • les palmes d’officier de l’instruction publique

 

photo Eugene boullet

 

Le Collectionneur

En plus de sa collection d’insectes, Eugène Boullet a collectionné au cours de sa vie

  • des timbres, environs 39.000 ouvrages.
  • il a maintenu une orchidarium contenant 4000 espèces,
  • de nombreuses photos d’insectes

La totalité de la collection d’insectes de Monsieur Boullet (25.000 lépidoptères notamment riche en collections spécialisées de Neotropical Hesperiidae et Papilionidae; Heliconiinae et Satyridae …) a été donné, à sa mort, et avec une somme d’argent pour son entretien au Musée national d’histoire naturelle à Paris où elle est actuellement détenue.

 

Il a écrit plusieurs ouvrages :

Avec Monsieur LE CERF

  • Boullet, E. and Le Cerf, F. L. (1912): Catalogue de la collection de lepidopteres du Museum national d’Histoire naturelle de Paris. I. Famille Papilionidae, Imprimerie Nationale, Paris pdf
  • Boullet, Eugene and Le Cerf, Ferdinand (1912) Descriptions sommaires de formes nouvelles de Papilionidae (Lep.).Bulletin de la Societe entomologique de France 1912(6),
  • Boullet, Eugene and Le Cerf, Ferdinand (1912): Descriptions sommaires de formes nouvelles de Papilionidae (Lep.). de la collection du Museum de Paris (2e note)Bulletin de la Societe entomologique de France 1912(11),
  • Boullet, E. (1913): Description d’une forme femelle de Baronia brevicornis Godm. et Salv. (Lep. Papilionidae) Bulletin de la Societe entomologique de France 1913(3),
  • avec Monsieur MABILLE

  • 1908 Essai de revision de la famille des hesperides. Annales des Sciences naturelles (Zoologie)
  • 1912 Essai de revision de la famille des hesperides. Annales des Sciences naturelles (Zoologie)
  • 1916 Description d’hesperides nouveaux (Lep. Hesperiinae, Sect. B). Bulletin de la Societe entomologique de France 1916
  • 1917 Description d’hesperides nouveaux (Lep. Hesperiinae, Sect. B). Bulletin de la Societe entomologique de France 1916
  • 1917 Description d’hesperides nouveaux (Lep.). Bulletin de la Societe entomologique de France 1917
  • 1917 Description d’hesperides nouveaux (Lep. Hesperiinae, Sect. B). Bulletin de la Societe entomologique de France 1917
  • 1919 Essai de revision de la famille des hesperides. Annales des Sciences naturelles (Zoologie)
  •  

    Il s’éteindra le 15 février 1923 à  l’age de 75 ans.

    Une rue de Corbie porte son nom :

    elle se trouve dans le quartier de la Neuville, voir l’article ici

     

    ******************** COMPLÉMENTS D’INFORMATIONS  *********************
    ********************** Par un lecteur du site***********************

    Le château prés de l’écluse de Corbie (la banque E. BOULLET) a abrité l’Etat-Major de la 5e armée australienne et les généraux Hobbs et Elliott qui ont pris les dispositions nécessaires pour emballer les collections de M Boullet pour les mettre à l’abri loin du front. Sauvant ainsi des extraordinaires et milliers de pièces précieuses.

    M. Boullet n’était pas né à Corbie mais il y est arrivé à l’âge de 3 ou 4 ans.

    En 1872, Eugène Boullet habite avec ses parents Grand’ place Faidherbe (place de la République).
    Il a 4/5 ans et son père Jean Baptiste Joseph est devenu « Escompteur».

    En 1872, son père appelé Joseph à 50 ans il est toujours escompteur, sa mère 45 ans sans profession est Eugénie Bouchez née en 1827. Eugène à 25 ans il est noté comme étant sans profession. (peut-être étudiant ??)

    En 1878, d’après une photo le désignant, Eugène Boullet faisait partie de l’harmonie municipale.

    En 1881, Eugène habite toujours avec ses parents grand-place.

    Il a 35 ans et cette fois il exerce la profession d’escompteur comme son père.

    La famille a, à son service, un domestique anglais nommé Armstrong William 28 ans.

    En 1906, il habite au château N°classé 20 rue Jules Lardiere il est seul avec sa mère.
    Père décédé sans doute. Eugène était banquier à cette époque.

    En 1911 il habite toujours au château seul avec sa mère et deux femmes de service domestique (Classé N° 18 rue Jules Lardière)

    Sur l’état du château en 1918, il est vrai que les évènements prennent parfois de l’ampleur quand on en est loin. Toutefois il est aussi possible que quelques dégâts aient été commis au château, mais qui furent restaurés ensuite. On ne sait pas précisément !

    De son vivant et avant la guerre, en 1913, M.Boullet avait offert à la commune de Corbie, un terrain rue Victor Hugo lui appartenant pour construire une école du second degré appelée alors École primaire Supérieure. Mais la guerre est intervenue un an plus tard et cette école ne fut réalisée que vers le milieu des années 1920.

    ********************* COMPLÉMENTS Par RENE OSSART *******************